Cet auteur vient d'être l'objet d'une polémique en France : le mettre ou non sur la liste des commémorations célébrées dans notre république ?
Frédéric Mitterrand, ministre de la culture a tranché : ce sera non, en raison des idées  anti-sémites que l'auteur propageait dans certains de ses écrits

Ne parlons donc ici que de son génie littéraire, et du souffle puissant reconnu par tous, qui signe ses oeuvres.

Louis-Ferdinand Céline (1894-1961)

« Voyage au bout de la nuit »
Prix Renaudot 1939

 

Lola est une infirmière de l’armée américaine.

Bardamu, le héros du roman, l’a rencontrée lors d’une cérémonie de remise de médaille militaire.

Lola, jeune et jolie jeune femme se voit confier la distribution des beignets aux pommes, fonction qu’elle remplit avec zèle.

 

Extrait
[Lola, il faut le dire n’avait jamais confectionné de beignets de sa vie. Elle embaucha donc un certain nombre de cuisinières mercenaires, et les beignets, furent, après quelques essais, prêts à être livrés ponctuellement juteux, dorés et sucrés à ravir. Lola n’avait plus en somme qu’à les goûter avant qu’on les expédiât dans les divers services hospitaliers …..]
[Tout marchait parfaitement en somme et nous étions bien en train de gagner la guerre, quand certain beau jour, à l’heure du déjeuner, je la trouvai bouleversée, se refusant à toucher un seul plat du repas. L’appréhension d’un malheur arrivé, d’une maladie soudaine me gagna. Je la suppliai de se fier à mon attention vigilante.
D’avoir goûté ponctuellement les beignets pendant tout un mois, Lola avait grossi de deux bonnes livres ! Son petit ceinturon témoignait d’ailleurs, par un cran, du désastre …….]

 

Mon interprétation

Beignets de ducasse
Cette recette est tirée de « Aimer la cuisine du Nord, du Pas-de-Calais et de la Picardie »
Elle est signée Pierre Coucke (le célèbre Pierrot de « Goûtez moi ça »)
Autant vous prévenir tout de suite qu’il vous faudra aussi ajouter un cran à votre ceinture : ces beignets sont délicieux et se dévorent en un rien de temps !

Pour 6 personnes
200g de farine
10cl de lait
10cl de bière blonde
3CàS d’huile
1 pincée de sel
4 œufs
3 pommes reinettes (ou chantecler, grise du Canada)
100g de sucre semoule
3cl de calvados
Sucre glace
Bain de friture

Dans un saladier, disposer la farine en fontaine, casser deux œufs au milieu, ajouter une pincée de sel.
Mélanger au fouet en versant doucement le lait et la bière.
Ajouter l’huile et mélanger
Laisser reposer la pâte au réfrigérateur 1heure
 Dans un saladier battre en neige les blancs des deux œufs restants avec une pincée de sel
Poser les blancs sur la pâte et les incorporer en « coupant » la pâte avec une spatule

Peler les pommes, les évider, les couper en grosses rondelles.
Déposer les rondelles dans un plat, les saupoudrer de sucre de chaque côté et les arroser de calvados. Réserver.

Faire chauffer la friture, l’huile doit être chaude, mais non fumante

Plonger les rondelles de pommes dans la pâte puis les jeter dans la friture
Laisser cuire 5 à 6 mn en les retournant une fois.
Sortir les beignets et les égoutter sur un papier absorbant
Servir chaud saupoudré de sucre glace  (chez mes parents, nous faisions une petite montagne de vergeoise blonde, sur le coin de l’assiette et nous « humections » les beignets de ce sucre, avant de les porter en bouche …..)

La référence à cet extrait de livre est tirée du livre « Littérature et Gourmandise » de François Desgrandchamps  (Editions Minerva)
 

C_line_beignets_aux_pommes

 

La recette du chef Pierrot à suivre ici sur FdV ( ce lien semble rompu)