Je poursuis ma découverte des poivres avec celui ci : le poivre rouge cambodia

Ce poivre originaire du Cambodge est cueilli à pleine maturité

Il a une belle tonalité chaude de vieux cuir tanné

Les spécialistes lui reconnaissent des arômes de pain chaud, d’épices, voire des notes caramélisées.
Je me demande si comme pour les olives on peut parler de « fruité mûr » pour ce poivre ……

 

poivre_rouge

 

Je fonctionne presque toujours en cuisine par un appel de couleurs, là je me suis dit que la couleur des quetsches, l’idée d’un jus fruité caramélisé  pouvait convenir à ce beau poivre, sans faire de « faute de goût

Sauté de porc aux prunes et au poivre rouge  (Pour deux)

Un morceau de belle échine de porc
Une orange
Une dizaine de prunes
Un peu de cannelle moulue
3 belles pincées de sucre roux
Les graines d’une gousse de cardamome
Une petite échalote
Huile d’olive
Sel
Poivre rouge cambodia  concassé au mortier

Couper l’échine en morceaux pas trop gros
Les faire dorer à l’huile d’olive dans une sauteuse
Ajouter l’échalote émincée finement et laisser cuire jusqu’à ce qu’elle soit translucide
Ajouter le jus de l’orange, la cannelle, la cardamome.
Laisser cuire doucement à couvert le temps que la viande soit cuite
Ajouter le sel
Ajouter les prunes dénoyautées et le sucre, laisser environ 5 (les prunes ne doivent pas se défaire)

Dresser la viande et les prunes sur des assiettes bien chaudes
Faire une réduction sirupeuse du jus, napper les assiettes
Poivrer généreusement de poivre rouge concassé

Ce poivre est à découvrir au Comptoir des poivres (http://www.lecomptoirdespoivres.com)

 

poivre_rouge_cambodia_porc_aux_prunes__2_

 

Ma recette est aussi ici sur FdV ( ce lien semble rompu)

Edit :
Cette recette a séduit Jérôme Benezech qui s'occupe de la promotion des poivres de Kampot au Cambodge
Je lui ai donné mon accord pour qu'elle figure sur une brochure, destinée aux visiteurs de la plantation au Cambodge
La surprise a été de me retrouver en illustre compagnie au milieu de deux grands chefs, l'Anglais Rick Stein et Olivier Rollinger

Le document ici